Celui qui ne sait pas où il va

est toujours surpris

de se retrouver ailleurs.

Pierre Dac.

Le problème, ce n’est pas lui le problème

Les problèmes d’apprentissage ne sont pas des maladies. Ce sont des “courts-circuits” dans le système de communication qui relie un enfant à son monde.” – Paul Dennison (professionnel de l’éducation, auteur et conférencier connu au niveau international dans le cadre de l’apprentissage basé sur le mouvement).

“Le problème aujourd’hui n’est pas l’énergie atomique, mais le cœur des hommes” – Albert Einstein.

“Tout problème a une solution, ou bien vous faites partie du problème” – Albert Einstein.

“Un problème sans solution est un problème mal posé” – Albert Einstein.

“Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre” – Albert Einstein.

“Il n’existe guère de problèmes sans solution, et parfois l’absence de solution décourage le problème” Louis Pauwels ; Les orphelins (1994).

“Une fois résolu, un problème est d’une simplicité atterrante.” Paulo Coelho. Le pèlerin de Compostelle.

Qu’est-ce que l’imagination créatrice ?

C’est quoi l’imagination ?

On pourrait dire que l’imagination est un espace d’autorisations qui nous permet de rêver le possible et l’impossible.

C’est aussi une capacité psychique pour élaborer des images ou des conceptions nouvelles ou impossibles de la réalité, de trouver des solutions inédites à des situations réelles ou non.

C’est le pouvoir des idées de s’élaborer sans cadre, sans contrainte, sans limite et sans orientation.

C’est, par exemple, une phrase qui commencerait par “Et si… “, “Ce serait merveilleux si…“.

D’après la revue Sciences Humaines, l’imagination est aussi un processus très courant. Au cœur de notre vie psychique, elle nous sert à explorer le monde mentalement et à faire les expériences de pensée nécessaires pour prendre des décisions et résoudre des problèmes. Lorsqu’elle se met au service de la création, l’imagination devient cette capacité à féconder le réel d’idées nouvelles, à inventer des manières de bousculer un ordre établi. (Sources)

Imagination et créativité

La créativité n’est pas une faculté à part, particulière, mais elle est une caractéristique de notre façon de penser, de connaître et de faire des choix. C’est un outil pour chercher, ordonner et même transgresser ! Nous découvrons le monde et apprenons en créant, en agissant pas en étant passif . En étant libre de transgresser des modèles conventionnels et de sortir des sentiers battus, en allant s’aventurer au-delà du connu dans des expériences multiples, l’enfant crée son savoir de façon profonde avec une pensée qui lui est propre et qui génère des solutions inattendues.

Gianni Rodari, poète, écrivain et journaliste italie. (sources)

Imaginer le possible

Selon Beaudelaire, « L’imagination est la reine du vrai, et le possible est une des provinces du vrai » (Curiosités esthétiques, 1868). L’imagination peut tout, le possible se contentera de miettes. […] L’esprit travaille sur les représentations des mots et leur métamorphose. Il combine et invente de nouvelles images mentales, des idées, des situations, des mondes. L’imagination est stimulée. (Sources)

Talents vs Compétences

Talents et compétences sont des concepts différents mais ils ne sont pas nécessairement opposables. Ces deux notions sont plutôt à maîtriser et mobiliser ensemble pour permettre la meilleure évolution possible de ses collaborateurs en adéquation avec les besoins de l’entreprise.

Quand un collaborateur mène une activité où il exerce un de ses talents, il est dans un état d’énergie positive, il prend plaisir à ce qu’il fait, ne voit pas le temps passer et est particulièrement efficace.

De plus, les salariés ne sont plus intéressés par une vision restrictive d’eux-mêmes, comme des simples ressources, des boîtes à outils ou des réservoirs de compétences. C’est pourquoi la notion de management de talents a émergée.

Permettre à ses équipiers d’exercer leurs talents est ainsi un gage d’efficacité, d’engagement durable et de performance.

En pratique, cependant, peu d’entreprises s’intéressent vraiment aux talents ou aux compétences de leurs salariés. Lorsqu’elles s’occupent des talents, c’est généralement ceux qui concernent les « Hauts Potentiels ».

Les sociétés technologiques en revanche ont ouvert une nouvelle voie en matière de management des talents. Elles ont en effet démontré que la performance et l’agilité de l’entreprise dans un contexte d’incertitudes et de risques pouvaient se construire sur des individualités, des salariés performants parce que fortement créatifs, motivés par des projets/ des activités, des salariés mobiles, cette mobilité nourrissant à la fois leur créativité et leur motivation … Cette mobilité alimentant aussi leur valeur sur le marché du travail. Tout le monde est gagnant.

La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent” – Albert Einstein.

 Talents, compétences et management

L’entreprise qui saura détecter les talents de chaque collaborateur disposera d’une « ressource naturelle » sur laquelle elle pourra s’appuyer pour générer de l’intelligence collective.

Si la compétence et le talent sont tous deux des capacités, ils ne sont pas exploitables dans le même but, ni de la même manière. Manager par les talents suppose de changer quelques paradigmes.

Pourquoi ? Parce que ce n’est pas en refaisant la même chose de la même manière qu’on peut innover.

Comment un manager peut-il gérer les talents de ses collaborateurs ?

Tout d’abord en identifiant les talents de ses collaborateurs et en les exploitant. Le manager détecte souvent, derrière les activités non professionnelles de ses collaborateurs, des talents facilement transposables dans l’équipe.

Mais aussi en ouvrant le champ des possibles, en acceptant que tout ne vienne pas de lui, en changeant de posture et devenant manager-coach, en acceptant de se laisser surprendre, en développant le droit à l’erreur, en créant un “espace” de créativité (physique, temporel et managérial) …

Définitions 

Un talent est une aptitude le plus souvent naturelle dans un domaine ou une activité. Cette habilité assimilée à un don se mobilise facilement et procure du plaisir à celui qui en est doté. Il est important de le cultiver pour le voir s’épanouir. En effet, un talent sans travail n’est rien.

“Le seul endroit où le mot succès vient avant le mot travail est le dictionnaire” – Vidal Sassoon.

Une compétence est acquise et est plutôt de l’ordre du savoir-faire. « Je sais faire ceci cela d’un point de vue méthodologique. Mais je n’aime pas forcément le faire, et ne suis pas forcément très bon ».

Pour une même compétence, certains seront plus à l’aise et auront « ces petits plus » qui font la différence (vision, esthétisme, originalité, intuition, empathie, créativité, débrouillardise, pouvoir de persuasion…).

Voir aussi “Créativité” et “Soft skills”.

Sources :

Compétences et talents, quelles différences ?

La transformation des talents et des compétences

Talents et compétences : pourquoi est-il si important de s’en occuper 

Qu’est-ce qu’un Talent ? La notion de Talent a-t-elle évolué ?

Quelle différence entre “créativité” et “innovation” ?

La créativité

Pour Todd Lubart, “la créativité est la capacité à réaliser une production qui soit à la fois nouvelle et adaptée au contexte dans lequel on se trouve.”

La créativité, ce sont aussi des caractéristiques singulières :

  • Tout le monde est créatif, quel que soit son métier, mais pas de la même façon ni sur les mêmes sujets. La créativité peut autant s’exprimer dans la clarification d’un problème, que dans la recherche des idées ou la mise en œuvre de l’idée.
  • La créativité prend son essence dans l’imaginaire et l’inconscient.
  • Elle est le résultat de procédés mentaux associant les idées les unes aux autres.
  • C’est un état d’esprit, une gymnastique mentale qui permet de voir la réalité autrement.
  • La créativité utilise la supériorité du groupe sur l’individu pour s’exprimer pleinement.
  • La créativité c’est à la fois la divergence vers l’imaginaire et la convergence ou le retour vers le réel.
  • La créativité c’est une conjugaison juste de la pensée, de l’action et de l’émotion.

Voyons maintenant la différence entre la créativité et l’innovation.

Luc de Brabandére dit ceci : « l’innovation peut être définie comme un changement de la réalité, la créativité comme un changement de la perception, ce qui explique donc que la créativité soit un processus en amont de l’innovation. On peut très bien être innovant en prenant l’idée d’un autre c’est l’innovation sans créativité. ».

La créativité c’est donc un processus de rupture, c’est par essence le moteur du changement voire le changement même.

Pour Luc de Brabandère, « l’innovation c’est faire du neuf dans le système et la créativité c’est penser à un système neuf. ».

Finalement, l’innovation tout comme la création artistique, sont le fruit de la créativité qui elle, se nourrit dans l’imaginaire.

Innover sans faire de créativité, c’est donc prendre le risque de ne pas se différencier, de faire la même chose qu’un autre, voire de copier et de passer à côté d’une belle opportunité de changer !

http://www.lateliercoachingcreativite.com/creativite-et-innovation-quelles-differences/# 

Luc de Brabandère, né en mai 1948, est un ingénieur belge devenu philosophe d’entreprise. Il est aujourd’hui connu dans le monde du management par les livres qu’il a écrits ou coécrits. Il donne de nombreuses conférences et séminaires où il partage ses différentes idées

Todd Lubart est professeur de Psychologie à l’Université Paris Descartes, directeur du Laboratoire Adaptation Travail – Individus et ancien membre de l’Institut Universitaire de France.Il a obtenu son doctorat à l’Université de Yale aux Etats Unis et il était professeur invité à l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris. Ses recherches portent sur la créativité, notamment les différences individuelles, l’identification et le développement de la créativité chez l’enfant, ainsi que le processus créatif. 

Quelle différence entre “innovation” et “invention” ?

L’innovation peut également être définie comme une invention qui rencontre un marché. Autrement dit, l’innovation ajoute un élément commercial au sens de l’invention. Une innovation, c’est un objet nouveau qui est parvenu à déclencher un acte d’achat auprès d’un segment de consommateur déterminé.

http://theinnovationandstrategyblog.com/2013/07/01/quest-ce-linnovation-en-quoi-linnovation-se-distingue-t-elle-de-linvention-22/ 

Par exemple, l’iPad déclenche l’acte d’achat, notamment parce qu’il nous permet de mieux réaliser ce que nous faisions déjà. L’iPad est un bon exemple d’innovation. En effet :

  • L’iPad permet d’utiliser un outil informatique en situation de mobilité, là où, l’offre existante, telles que les ordinateurs portables pouvaient être plus contraignants en situation de mobilité ;
  • Les consommateurs qui vont acheter la première version de l’iPad, ont parfois acheté des versions ultérieures, tels que l’iPad 2, le nouvel iPad, lesquels disposaient de telle ou telle amélioration produit.

À l’inverse de l’innovation, l’invention ne suppose pas qu’un marché ait été trouvé. On a souvent dit, à titre d’exemple, que le Concorde avait été formidable invention, soulignant par là même que l’avion avait été prouesse technologique et un échec commercial.

De la même façon, beaucoup des objets que Léonard de Vinci a inventé sont en réalité des inventions. Ainsi en est-il de l’avion, de l’hélicoptère et du tank. À chaque fois, ces objets sont de formidables inventions : ils incarnent la nouveauté. Mais, ces inventions n’ont pas trouvé leurs marchés, du vivant de Léonard de Vinci tout du moins, notamment parce que les technologies de l’époque ne permettaient pas de fabriquer ces inventions. Ces inventions ne sont pas donc pas des innovations à proprement parler.

En résumé, l’innovation se distingue de l’invention parce que l’innovation suppose non seulement la nouveauté, mais, aussi une certaine réussite commerciale.

La transformation et intuition

La transformation est aussi une affaire d’intuition et la développer au sein des organisations demande d’abord de se demander à quoi elle va servir et comment la favoriser :  

“L’intuition est à la connaissance, ce que la canne blanche est à l’aveugle” – Jérôme Touzalin.

“La raison sépare et isole alors que l’intuition unifie et harmonise” – Shafique Keshavjee.

“C’est avec la logique que nous prouvons et avec l’intuition que nous trouvons” – Henri Poincaré.

“Intuition. Cette faculté prodigieuse à saisir les indices les plus subtils, ceux que personne n’aperçoit” – Jean-Claude Lalanne-Cassou.

“La vie m’a appris que si on ne suit pas son intuition, que si notre intuition dit quelque chose que l’on refuse d’écouter, alors on part forcément dans la mauvaise direction” – Jeff Koons.

“Distinguer le “raisonnable” et le “rationnel”. Le premier inclut l’intuition et l’affectif. Le second n’implique qu’un déroulement correct du processus logique” – Hubert Reeves / L’Espace prend la forme de mon regard.

Et le rationnel dans tout cela ?

Créativité et rationalité ne s’opposent pas. Au contraire, elles s’apposent pour générer des solutions nouvelles et donner à ces dernières une chance d’être mises en oeuvre.

En effet, les ateliers créatifs aboutissent à des solutions pragmatiques, rationnelles et implémentables. C’est le chemin pour parvenir à les faire émerger qui s’affranchit de la logique et du rationnel.

Les outils utilisés en créativité permettent :

  • d’analyser la situation,
  • de clarifier la demande et de définir le défi (étape pouvant faire l’objet d’un process complet de créativité),
  • de trouver des idées en allant au-delà des réponses évidentes (notre cerveau adore les solutions de facilité et nous aussi car elles sont rassurantes),
  • de ramener dans le réel les idées émises, même si elles sont a priori farfelues,
  • de travailler les idées sélectionnées pour leur donner une forme rationnelle et implémentable,
  • d’élaborer des plans d’actions détaillés et réalistes.

La créativité est souvent comparée à une respiration. Elle alterne entre des phases de divergence et de convergence. On pourrait dire aussi qu’elle alterne entre des phases rationnelles et des phases de créativité “pure”, d’où cette image de respiration.

C’est donc une affaire de flux d’informations et d’idées qui circulent dans notre cerveau et au sein du groupe ressource. La créativité sollicite aussi bien nos facultés rationnelles que nos capacités d’imagination. C’est là sa force ! Ce qui est très intéressant, c’est que finalement une équipe soudée se comporte de la même façon. 

Le processus suivi par le facilitateur est quant à lui parfaitement rationnel. C’est dans ce cadre structuré que les participants peuvent lâcher prise et abandonner pour quelque temps leur penchant naturel pour la logique et le rationnel, le connu et le rassurant.

Le facilitateur ramène ensuite son groupe vers une analyse des solutions émises pour en choisir une selon des critères définis initialement.

Célébrez vos échecs…

Saviez-vous que la célèbre rengaine d’Orangina “secouez-moi, secouez-moi” était une réponse à l’impossibilité technique de résoudre le problème de la pulpe qui restait en bas ? “Il faut bien secouer Orangina sinon la pulpe elle reste en bas !”. Plus qu’un slogan, c’est devenu une identité, un style, un univers.

L’intelligence collective, collaborative et créative a un pouvoir magique : celui de transformer des échecs en opportunités.

“Il y a une fissure en toute chose. C’est ainsi qu’entre la lumière” – Leonard Cohen.

“En essayant continuellement on finit par réussir. Donc : plus ça rate, plus on a de chance que ça marche” – Vérité Shadok.

 

“Si tu n’échoues pas de temps à autre, c’est le signe que tu ne fais rien de très innovant” – Woddy Alen

“Il faut s’abstenir d’accepter toute défaite comme un échec tant que l’on a pas eu le temps d’en analyser le résultat final” – Napoléon Hill.

“Chaque difficulté porte en elle le germe d’un avantage équivalent ou supérieur” – Napoléon Hill.

“Le plus grand danger n’est pas de viser trop haut et d’échouer, mais de viser trop bas et de réussir” – Michel Ange.

“N’ayez pas peur de la perfection, vous ne l’atteindrez jamais” – Salvador Dali